Réaction du Maire à notre lettre ouverte

Nous voudrions remercier André NOIROT d’avoir mentionné notre Association Bourbonne Info dans sa réaction à notre lettre ouverte parue dans le Journal de la Haute-Marne du 15 avril.

Selon Wikipédia : une lettre ouverte est un texte qui, bien qu’adressé à une ou plusieurs personnes, est exhibé publiquement. Pour ce faire, c’est le plus souvent la presse qui est utilisée comme media.

Au nom de l’Association Bourbonne Info une demande de communication du rapport d’évaluation du Domaine concernant l’étang et ses terrains avait été envoyée.

Pour toute réponse André NOIROT a demandé les procès-verbaux de nos assemblées générales.

Serait-ce une tentative d’intimidation ?

Nous sommes surpris par cette demande car il devrait savoir qu’un Maire ne peut exiger de tels documents. En effet, si une Association, quelle qu’elle soit, n’utilise pas de locaux municipaux, ne sollicite pas de subvention, c’est à dire qu’elle est totalement indépendante, elle n’a rien à fournir à la mairie.

Par contre, en vertu de l’article L2141-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, le Maire, lui, a l’obligation de communiquer à quiconque en fait la demande les documents administratifs dits communicables.

Selon la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA), l’avis du Domaine ainsi que le rapport d’évaluation constituent des documents administratifs communicables au tiers au sens de la loi du 17 juillet 1978.

Article 2141-1 : Le droit des habitants de la commune à être informés des affaires de celle-ci et à être consultés sur les décisions qui les concernent, indissociable de la libre administration des collectivités territoriales, est un principe essentiel de la démocratie locale.

Une nouvelle demande personnelle a été envoyée le 2 avril.

Sans réponse à ce jour !

La police municipale

Depuis l’été 2019, Bourbonne n’avait plus de police municipale.

Nous souhaitons donc la bienvenue au gardien-brigadier Mélodie LEFEBVRE.
 
L’article du Journal de la Haute-Marne du 6 février 2021,
nous apprend que celle-ci est native de Calais. Son expérience dans la gendarmerie Nationale et dernièrement dans la Police municipale de Nancy sera sans nul doute mise à bon escient.

L’article nous révèle que André NOIROT veut d’abord vérifier que la signalisation est conforme. Pourquoi pas, après tout, elle a été installée, sous ses mandatures.

Elie PERRIOT, premier adjoint, a déclaré au Journal de la Haute-Marne du 6 février 2021 que les commerçants seraient particulièrement ciblés, ceux-ci ayant la manie d’occuper les emplacements de la Grande Rue.

Il faut un certain culot pour faire de telles déclarations, puisque le plus souvent nous pouvons constater que plusieurs taxis de sa société monopolisent des places.

Elie PERRIOT, encore lui, a été jusqu’à déclarer que la nouvelle recrue devra de plus s’atteler au respect de la propreté. Va-t-il lui demander de ramasser les mégots tellement présents dans la grande rue en dépit des cendriers installés.

André NOIROT a de plus prévenu que la tournée de collection des ordures ménagères effectuée par les services techniques chaque vendredi, ne va pas durer.

Nous nous demandons bien pourquoi. A moins qu’il n’ait prévu de faire intervenir la super balayeuse



Pour la tranquillité de tous et en toute équité, espérons que notre nouvelle police municipale ne se laissera pas amadouer par ces élus qui se croient supérieurs pour accorder des passe-droits à certains et pas à d’autres, pratique connue à Bourbonne depuis des décennies.

Bon courage, car il lui en faudra

Un député à Bourbonne les Bains


Sylvain TEMPLIER, député du Sud Haute-Marne est venu récemment à Bourbonne-Les-Bains. Il a rencontré les agriculteurs de trois exploitations locales.

 

  • GAEC Saint Marcellin de Villars Saint Marcellin
  • GAEC des Houlettes de Bourbonne Les Bains
  • EARL des Plantes de Genrupt

Les exploitants ont ainsi pu faire part non seulement des difficultés auxquelles ils doivent faire face aujourd’hui, mais ils ont également pu expliquer et prouver leur volonté de toujours regarder vers le futur.

Félicitations

Ainsi que Monsieur le Député a pu le constater, la jeunesse prend le dessus et avec l’appui de leurs parents ils osent

  • S’adapter
  • Innover
  • Se diversifier

On peut ainsi considérer que le secteur agricole à Bourbonne-Les-Bains montre de nombreux signes de dynamisme.

André NOIROT et son équipe devraient en prendre de la graine !

Les élections départementales

Alors qu’un projet de loi a été présenté pour reporter les élections départementales de mars à juin 2021, nos élus se préparent.

Le Président du Conseil Départemental, Nicolas LACROIX, a déclaré dans la Voix de la Haute-Marne du 22 janvier : que ce soit en mars ou en juin, je suis prêt ! en ajoutant de plus : une majorité de candidats va se représenter, ce sera une élection différente dans chacun des 17 cantons.

Nous pouvons déjà nous demander en quoi cette élection serait différente si ce sont toujours les mêmes élus.

Si la Haute-Marne souffre de son manque d’attractivité et ne réussit pas à inverser la courbe démographique n’est-ce-pas aussi parce que nous avons des élus qui ne veulent surtout pas lâcher les rênes qu’ils ou elles détiennent, depuis des décennies pour certains.

Quelles peuvent être les motivations du candidat au siège de conseiller départemental ?

Il peut y avoir plusieurs raisons :

  • Le désir d’agir pour les intérêts de son coin de territoire, son canton
  • Par ambition politique
  • Par ambition personnelle
  • L’attrait du salaire du conseiller départemental non négligeable


Le Journal du Net, premier site d’actualités français, nous détaille les salaires de nos élus, soit 1 858,67 € bruts par mois s’il est membre de la commission permanente. A savoir que la commission permanente du Conseil départemental de la Haute-Marne est composée de l’ensemble des élus et 5 612,45 € bruts par mois pour le Président, quelle que soit la taille du département.

Nicolas LACROIX a pour objectif d’inverser la courbe démographique du département grâce notamment à un plan d’investissements de 500 millions d’€ à l’horizon 2030, soit environ 50 millions € par an.

Le budget 2020 avait cependant inscrit en dépenses d’investissement un total de près de 74 millions € pour la seule année 2020.

C’est à n’y rien comprendre

Tant que nos élus restent en permanence sur la défensive, et refusent l’ouverture vers l’extérieur tant pour les idées que pour les acteurs du territoire, la Haute-Marne ne réussira malheureusement pas à inverser la courbe démographique.


La Haute-Marne restera ancrée dans le passé avec des gouvernants qui ne veulent surtout pas lâcher leur siège au détriment de la population.

Le journal l’Affranchi du 24 décembre 2020 révèle que Nicolas LACROIX, parlant des médecins de l’Hôpital, avait déclaré en réunion plénière du conseil départemental de décembre, il y en a de très bons, mais il y en a aussi de très mauvais !

En est-il de même pour nos conseillers départementaux ?

Il y en a de très bons, mais il y en a aussi de très mauvais !

En effet, il y a ceux qui se mobilisent pour leur canton et ceux qui préfèrent simplement se montrer.

Notre conseiller départemental est André NOIROT. Nous ne pouvons identifier quel est son bilan en tant que tel si ce n’est qu’il sait figurer auprès de Nicolas LACROIX à diverses occasions.



André NOIROT assume également la Présidence du Syndicat des Sapeurs-pompiers de la Haute-Marne. Fin 2019 il a démontré un grand mépris envers les pompiers par un geste des plus obscènes prétextant avoir reçu des insultes, affirmation d’ailleurs démentie par les pompiers.

Le plus incompréhensible, est que le conseil départemental dans son ensemble a préféré apporter son soutien à André NOIROT, malgré son comportement inexcusable.

L’attractivité du territoire passe aussi par le comportement de nos conseillers départementaux

Et là, c’est pas gagné !

La neige et ses dangers


Chacun le sait, les activités de salage, sablage ou déneigement de la voierie ne constituent pas le quotidien des agents des services techniques.

La neige tombée pendant plusieurs heures ce mardi 12 janvier était annoncée.

Il relève des services de toute commune d’organiser en amont, les moyens et les mesures à mettre en place.

La commune de Bourbonne Les Bains possède l’équipement nécessaire, encore faut-il qu’il soit opérationnel

La super balayeuse d’un coût de 125 000 € n’est-elle pas équipée d’une lame à déneiger, comme cela était prévu ?


À moins qu’il ne soit parti en réparation !
L’on peut se demander pourquoi, car il n’a pas neigé depuis plus d’un an !

Le Maire, André NOIROT et son Adjoint aux travaux, Patrick BREYER n’ont-ils pas organisé l’équipement nécessaire en amont, c’est-à-dire avant l’hiver.

Ne savent-ils pas que des épisodes neigeux s’anticipent

Nous notons que par le passé, les agents étaient déployés et intervenaient sur le territoire de la commune lors d’épisodes neigeux pour non seulement sabler mais également déneiger les rues et places. Les 12 et 13 janvier, si quelques endroits ont peut-être été sablés, aucun engin n’est venu sur la Place de Verdun par exemple pour préparer la sortie des écoles ou même la venue des bénéficiaires des restos du Cœur le lendemain.

L.2212-2 du code général des collectivités territoriales stipule : le maire est chargé d’assurer la sûreté du passage dans les rues, quais, places et les voies publiques. Le maire est donc compétent pour ordonner les opérations de nettoiement et de déneigement sur l’ensemble des voies, quel que soit leur propriétaire.



Le déneigement des voies, en vue de permettre la commodité de la circulation publique, fait partie des missions de police municipale du Maire.

Le maire doit prendre les mesures nécessaires pour prévenir les dangers sur le territoire de la commune, et notamment sur les voies ouvertes à la circulation publique.

Nos élus sont-ils trop occupés pour se soucier de leurs devoirs et responsabilités.

Nos élus sont-ils frivoles?

En 1884, le Dr. Auguste CAUSARD écrivait dans son livre Bourbonne et ses eaux minérales, dans son chapitre intitulé Anthropologie concernant les habitants de Bourbonne et ses environs :

Je leur reprocherai seulement d’être légèrement frivoles et volages.



Début 2020, à l’occasion de sa campagne électorale de mars dernier, André NOIROT avait déclaré :

Je suis en pleine forme, demandez donc à Madame MERCIER, elle pourra vous le dire !

 

 


En Décembre 2020, lors du dernier conseil communautaire, alors que des élus s’inquiétaient de « l’approche de l’heure fatidique du couvre-feu », Marie-France MERCIER avait demandé :

Vous n’avez pas prévu de duvets pour coucher là, Mesdames ? Ce n’est pas grave, il y a beaucoup d’hommes, ils sauront vous réchauffer !

Et le Président du conseil communautaire, Éric DARBOT de conclure :

On ne peut pas, il y a le Covid !

Nous pouvons constater que depuis 1884, nos élus bourbonnais d’aujourd’hui, n’ont guère évolué.

Les propos de André NOIROT et maintenant de Marie-France MERCIER nous démontrent un humour plus que douteux et certainement très frivole. Ce comportement les fait tomber bien bas !

Une commune qui n’évolue pas est une commune qui se meurt.

La Déclaration d’Intention d’Aliéner (DIA)

Définition

La déclaration d’intention d’aliéner permet d’informer le titulaire du droit de préemption, en général, c’est un établissement public de coopération intercommunal ou une commune, de son intention de vendre. Elle définit également les conditions de la vente et notamment le prix. Cela permet à cette entité de faire valoir ses droits à préemption si elle estime qu’elle doit réaliser des aménagements urbains d’intérêt général. Ces opérations sont définies dans la délibération qui concerne ce droit.

Nous avons vu qu’en deux ans seulement André NOIROT a fait par deux fois usage du droit de préemption (rue de l’Hôtel Dieu et rue d’Orfeuil) pour un total de près de 200 000 € plus frais.

D’une part, nous nous interrogeons sur la notion d’intérêt général en ce qui concerne ces deux préemptions, voir nos articles intitulés « La préemption de la Maison « Guyot » «  et « La réserve foncière ».

D’autre part, nous constatons que depuis quelques mois, la publication des DIA se fait sur le site de la commune, ainsi tout un chacun peut connaitre le prix de vente ou d’achat d’un bien immobilier.

Tant mieux pour les curieux
Tant pis pour la vie privée de chacun

En effet, nous considérons que l’acte de vente est un acte privé pour le vendeur comme pour l’acheteur. Que la Mairie révèle publiquement sur son site la situation du bien, et surtout le prix du bien, constitue une sérieuse atteinte à la vie privée du vendeur et de l’acheteur.

Ni le Maire, ni les services de la Mairie n’ont le droit d’intervenir dans des transactions privées. Seuls les actes relevant de l’intérêt général peuvent être publiés.

Un Maire n’a pas tous les droits comme le pense André NOIROT

La crise sanitaire actuelle a engendré un peu partout en France, un renouveau d’intérêt pour les citadins de venir investir dans les zones rurales. A Bourbonne Les Bains, le volume des ventes de biens immobiliers a également augmenté. Cependant la publication des prix de ces biens ne fait que limiter les possibilités des professionnels d’atteindre des montants réalistes et ne fait encore une fois, que tirer Bourbonne vers le bas.

Grâce à cette équipe municipale la commune est tirée vers le bas, bientôt elle touchera le fond.

Encore une fois BOURBONNE se ridiculise

Un lecteur mécontent nous a alerté quant à la rentrée scolaire de mardi 1er Septembre.

Partout ailleurs, des mesures ont été mises en place afin de faciliter cette rentrée. A BOURBONNE par contre, c’est une rentrée pour le moins agressive dont les enfants se souviendront longtemps.

Il a été constaté que pour le premier jour de la rentrée scolaire, rien n’a été mis en place par la municipalité actuelle ni les écoles, afin de faciliter cette rentrée face à la COVID 19. Bien des communes ont organisé la distribution par les enseignants du « Protocole Sanitaire » diffusé par le Gouvernement pour la parfaite information de tous. Il est évident que le Maire de BOURBONNE n’a que faire de la santé et la sécurité de ses concitoyens. Pour les parents soucieux du bien-être de leurs enfants, aucun geste barrière n’est respecté, pas de port du masque, ni de distances de sécurité.

Les petits de la maternelle sont arrachés aux bras de leurs parents manu militari, car impossible de rentrer dans l’établissement. Pourquoi avoir remis l’entrée rue de la Vierge avec une file d’attente interminable et des enseignants hurlant dans la rue, alors qu’il y a une porte côté hôpital. L’accès par la cour permettrait une séparation moins stressante pour les petits.

A l’école primaire, les enfants sont mis en attente près des poubelles, celles-ci seront surement remplies de masques usagés en fin de semaine. Dans les classes, les élèves sont en moyenne 19 ou 20 minimum par classe. Il aurait été pourtant facile d’aménager d’autres classes dans les salles vides du bâtiment scolaire, comme le deuxième étage ou même à l’étage de l’ancienne cantine.

Les enfants vont-ils être menottés ou scotchés à leur table ?

Encore une rentrée scolaire à se battre avec les places de parking et bien sûr aucune police municipale pour réguler le stationnement.

André NOIROT a sûrement pu constater tout cela par lui-même, à moins qu’il ne soit venu que pour se montrer et pavoiser

La folie des grandeurs de nos élus

En Haute-Marne, nous constatons que récemment, certains de nos élus agissent dans la démesure totale en tentant d’orienter des élections pour satisfaire leur ego personnel et utilisent la menace pour arriver à leur fin.

Christine GUILLEMY par exemple. Malgré une promesse de ne soutenir aucun candidat à la Présidence de l’Agglo de Chaumont, à l’approche de l’élection du bureau, elle avait demandé à ses troupes de faire bloc derrière Paul FOURNIE qui était donc son poulain. La veille du scrutin, Christine GUILLEMY avait réuni les élus de la majorité municipale pour leur rappeler de bien voter. Un « conseil » assorti de menaces de sanctions, nous révèle le journal l’Affranchi du 17 juillet 2020

Le conseil de l’Agglo en a décidé autrement en élisant Stéphane MARTINELLI, maire de Rennepont, à une large majorité.

A ce résultat, Christine GUILLEMY, rappelle que les Chaumontais représentent 50 % de la population et 62 % de la fiscalité pour ensuite exiger qu’un poste de vice-président soit créé pour Paul FOURNIE pourtant largement battu pour la Présidence et d’ajouter si tu refuses ça augure très mal de nos relations et d’une démocratie participative.

S’agit-il vraiment de démocratie lorsque l’on a recours à des menaces pour imposer sa volonté.

Par contre, nous reviendrons sur la pertinence de ces communautés de communes non représentatives de la population.

La nouvelle municipalité de Langres, démocratiquement élue, n’est pas en reste des menaces. En effet, Nicolas LACROIX, Président du Conseil Départemental, prévient que si la commune de Langres refuse le projet de collège unique prévu par la municipalité sortante, le projet de Centre d’Incendie et de Secours sera stoppé, voir l’article du Journal de la Haute-Marne du 7 août 2020

Anne CARDINAL (et son équipe) s’était toujours positionnée contre ce collège unique et avait clairement annoncé dès son élection qu’il n’y en aurait pas dans les six prochaines années. Nicolas LACROIX a toutefois précisé : je ne poursuivrai jamais un projet sans l’aval du maire du territoire d’accueil.

Il n’a plus qu’à tenir cette promesse et cesser les menaces.

La palme d’or de la menace revient à Eric DARBOT, adjoint au maire d’une commune de 73 habitants et Président de la Communauté de Communes des Savoir Faire de 16 300 habitants.

Jeudi 30 juillet 2020, Le Pôle d’Equilibre Territorial et Rural (PETR) du Pays de Langres s’est réuni pour élire le nouveau Président et son bureau.

Le PETR réuni trois communautés de communes :

  • Le Grand Langres
  • La Communauté de Communes d’Auberive, Vingeanne et Montsaugeonnais
  • La Communauté de Communes des Savoir Faire

Elie PERRIOT y représente la commune de Bourbonne Les Bains au sein du bureau du PETR ! A-t-il voté pour Eric DARBOT ?

Dominique THIEBAUD, Président sortant, se représentait. Celui-ci, Maire de Bourg, était favori, ayant exercé sa Présidence avec un professionnalisme et une implication évidente, toujours impartial et travaillant uniquement pour l’intérêt du territoire. (Surtout ne pas confondre avec Jean-Marie THIEBAUT de Fresnes Sur Apance).

Eric DARBOT a réclamé le siège rappelant un pacte oral, dont peu se souviennent d’ailleurs, qui daterait de plusieurs années, avant même la création du PETR et sa propre accession à la Présidence de la Communauté de Communes. Ainsi que l’a dit Dominique THIEBAUD, pour qu’un pacte soit rompu, il faut encore qu’il soit inscrit. Personne n’a obligé l’alternance, voir l’article de La Voix de la Haute-Marne du 7 août 2020. Eric DARBOT a été jusqu’à menacer de sortir la Communauté de Communes des Savoir Faire du PETR.

Ce qui est d’autant plus inouï est que Eric DARBOT s’est emparé de la Présidence sans avoir la majorité (12 sur 24).

Son comportement a été déplorable.

Une alternance entre les trois communauté de communes peut se discuter, cela ne prévoit en rien que la Présidence doive revenir à l’un des trois Présidents.

Eric DARBOT a annoncé de plus qu’il demanderait la rétrocession de certaines compétences telles que la gestion des zones d’activités. Nous nous demandons quelle est sa motivation.

Pense-t-il implanter des éoliennes !

Le PETR n’intervient que sur l’aménagement des zones d’activités et non sur l’implantation-même d’une entreprise qui ne se fait qu’en partenariat avec les communautés de communes concernées.

Quant aux projets de la Communauté de Communes des Savoir Faire présidée par Eric DARBOT depuis 2017, retenons ceux concernant la commune de Bourbonne Les Bains qui n’en sont d’ailleurs toujours qu’au stade de projets, leur financement étant loin d’être assuré.

  • La gendarmerie dont le coût prévisionnel est passé de 2 857 800€ en mai 2019 à 4 252 584€
  • La réhabilitation de la piscine prévue depuis de nombreuses années avait été évaluée en 2015 à 1 500 000€, puis 3 528 740€ en mai 2019, maintenant évaluée à 4 139 696€

Plus d’informations sont disponibles dans le compte-rendu du conseil communautaire en ligne sur le site de la Communauté de Communes des Savoir Faire. Voir les délibérations 058 et 059 prises le 14 mai 2020 dans les pages 20 à 24.

Peut-on qualifier ces chiffres de bonne gestion de projets et donc de nos deniers ?

A quand la fin de ces communautés de communes qui ne font que flatter l’orgueil de quelques-uns à nos frais

Rappelons que André NOIROT avait assidument œuvré en coulisses pour que Bourbonne Les Bains rejoigne cette communauté de communes qui nous a finalement été imposée.

A noter que dans les délibérations du conseil communautaire du 14 mai dernier, un fond de concours de la Commune de Bourbonne Les Bains y est inscrit. Celui-ci serait payé par les bourbonnais et n’a fait l’objet d’aucune délibération du conseil municipal ! Comme à son habitude, André NOIROT l’a décidé seul, tout comme il avait décidé de rendre la gendarmerie, service public, quasiment inaccessible à une grande partie des habitants de la commune. Rappelons que cette délocalisation n’a été mentionnée qu’au retour de André NOIROT à la Mairie en Septembre 2018. Les résidents de la maison de retraite en seront peut-être ravis, ainsi que l’entreprise KH-SK France (Velux).

Nous constatons que le goût du pouvoir de certains élus leur fait oublier l’intérêt du territoire.

Sont-ils atteints du syndrome d’Hubris ?

Hubris est un syndrome de la démesure bien connu en psychologie. Malheureusement, il n’existe pas en français d’équivalent satisfaisant au mot anglais hubris. Une approximation serait « orgueil démesuré ». Mais le champ sémantique du terme anglais est beaucoup plus large : il associe :

  • narcissisme
  • arrogance
  • prétention
  • égotisme
  • voire manipulation
  • mensonge
  • mépris

Le terme renvoie également à un sentiment :

  • d’invulnérabilité
  • d’invincibilité
  • de toute-puissance
  • en y associant un certain pathétique

Voir Le syndrome d’ hubris : la maladie du pouvoir