Résultats des élections départementales 2021

Avec plus de 65 % au niveau national, la grande gagnante de ces élections régionales et départementales 2021 est l’abstention.

Ce record historique devrait inquiéter les élus politiques, mais ne rêvons pas

Jean ROTTNER, Président du Conseil Régional, a très justement déclaré que sa victoire se devait d’être humble étant donné le taux d’abstention record.

Alors que Nicolas LACROIX, Président du Conseil Départemental de Haute-Marne, lui, se félicite d’avoir la quasi-totalité des sièges sous son étiquette (16 sur 17)

La concentration de tous les pouvoirs entre les mains d’un individu, d’une assemblée sape la démocratie

Le droit de vote est l’un des piliers de la démocratie, et ce depuis l’Antiquité. Le vote est un élément essentiel et constitutif de la démocratie.

Ça c’était avant, et en principe,

La réalité est toute autre

Nous voyons aujourd’hui des élus motivés uniquement par l’ambition personnelle et non par les intérêts de la population. Pour certains, le niveau d’instruction est minimal comparé à leur ambition qui est maximale.

Le slogan « La Haute-Marne respire et inspire » n’est que fantasme. Ces dernières élections montrent avant tout que la Haute-Marne continue d’expirer.

On prend les mêmes et on recommence

Le Conseil Départemental de la Haute-Marne ressemble plus à un « club » de copains qu’à une assemblée en charge de plusieurs millions d’euros de nos deniers.

Nous pouvons voir que le budget 2021 prévoit, pour fonctionner, des dépenses à hauteur de 180,646 millions€.

Fort de 1 200 agents, les dépenses de personnel s’élèvent à 40,5 millions€.

La part de l’administration et assemblée représente 10,2 millions€ dont 1,26 million€ pour les indemnités et frais des élus, et 1,17 million€ en dépenses de communication.

Comme disait le regretté Coluche :
Ne rigolez pas, c’est avec nos sous



Le Conseil Départemental de la Haute-Marne se réunit en commission plénière ou permanente une fois par mois pour délibérer sur des dossiers préparés par le personnel compètent. Le Conseiller Départemental a surtout un rôle de représentation. Pour cela il perçoit une indemnité.

Après analyse des résultats sur le canton de Bourbonne Les Bains, nous constatons que le binôme de Jean-Luc VAUTHIER et Emilie SCHROETTER se trouvait majoritaire dans le canton. Cependant les suffrages de la commune de Bourbonne ont fait basculer leur élection en faveur de Elie PERRIOT et Sylviane DENIS.

Sachant que le taux d’abstention s’est élevé à 54,98 % on ne pas dire que le résultat final soit représentatif. En effet, 1583 suffrages sur 7223 inscrits ne représentent que 21,9 % soit une personne seulement sur 4,56.

Quant à la commune de Bourbonne, Villars, Genrupt, les résultats affichent un taux d’abstention de 55,43 %. Les 438 suffrages obtenus par Elie PERRIOT et Sylviane DENIS ne représentent que 29,3 % soit une personne sur 3,4.

Tout comme Jean ROTTNER, il vaudrait mieux rester humble

Rappelons que Elie PERRIOT fait toujours l’objet d’une enquête de la sécurité sociale, mais aussi qu’il est un adepte des réseaux sociaux. Il s’est permis plusieurs commentaires sur « twitter » depuis Avril 2014. En voici quelques exemples :

Apr 20, 2015

Aux armes citoyens ! Vous avez pas l’air con ! Avec votre équipe de branques en vidéo sur @France3CA

Dec 5, 2015

Comment peut-on être aussi bête ? #brice a #bourbonne nous avons la reine de la connerie et du mensonge

20 sept. 2018

C’est autrement plus sérieux que le torche-cul distribué par #brice #bourbonne #bourbonnelesbains

Sep 24, 2018

4 années passées à faire chier tout le monde après avoir été élue par erreur #dieumerci les Bourbonnais ont compris !

Les grossièretés et la vulgarité dont fait preuve Elie PERRIOT n’est certainement pas digne d’un élu, quel qu’il soit.

Nous vous invitons à lire par vous-même tous les messages envoyés par Elie PERRIOT.

Et voilà le niveau de votre nouveau conseiller départemental

Nous notons également qu’un fervent supporter de Elie PERRIOT, en l’occurrence Jean-Marie THIEBAUT de Fresnes-Sur-Apance s’est permis d’écrire sur Facebook le 24/06/2021 de Jean-Luc Vauthier et Emilie SCHROETTER des propos tout à fait dans la lignée de Elie PERRIOT et son prédécesseur André NOIROT.

Avec de tels comportements, nous confirmons,
la Haute-Marne expire

Les élections départementales 2021

Les 20 et 27 juin prochain, les français seront sollicités pour élire leurs conseillers départementaux.

Depuis la loi du 17 mai 2013, les conseillers généraux deviennent les conseillers départementaux.

Ils forment l’assemblée qui dirige le département, le conseil départemental (nouveau nom du conseil général). Le conseil départemental « règle par ses délibérations les affaires du département« .

Les conseillers départementaux sont élus pour six ans. Le conseil départemental est renouvelé en son intégralité lors des élections départementales (le conseil général était renouvelé par moitié tous les trois ans). Ils sont rééligibles. Depuis 2015, Les candidats se présentent en binôme. Chaque binôme est obligatoirement composé d’un homme et d’une femme. Leurs suppléants doivent également constituer un binôme de sexe différent.

Quelles sont les missions des départements ?

Les départements interviennent dans des domaines très divers comme l’action sociale, la culture, la gestion des collèges ou encore l’aménagement du territoire. Le conseil départemental gère aussi les routes départementales et finance le Service d’incendie et de secours (SDIS)

Sur 34 sièges à pourvoir pour le Conseil Départemental de la Haute-Marne, seuls les candidats sortants de 3 des 17 cantons ne se représentent pas en 2021, dont Bourbonne Les Bains.

Depuis 2015, le canton de Bourbonne Les Bains est rattaché au canton de Montigny Le Roy.

André NOIROT et son binôme Mireille RAVENEL, élus en 2015, avaient déclaré ne pas se représenter.

Rappelons que André NOIROT avait œuvré en coulisses pour diviser le nouveau canton en deux lors de la création des nouvelles intercommunalités en 2017 pour que l’ancienne intercommunalité de Bourbonne rejoigne Fayl-Billot et Chalindrey plutôt que l’intercommunalité de Montigny.

Nous aurons le choix entre 5 binômes candidats :

  • Chantal DEZAN et Romary DIDIIER (Annick MASSON et Loïc WEBER)
  • Benjamin MINOLFI et Yvette ROGER (Damien HUGUENIN et Gabrielle LAMBERT)
  • Aurélien COSSIN et Anne-Marie MICHEL (Luca FLAMARION et Danièle QUENTIN)
  • Sylviane DENIS et Elie PERRIOT (Muriel LALLEMANT et Bahi ZAMOURI)
  • Emilie SCHROETTER et Jean-Luc WAUTHIER (Hélène BOURNOT-BRULEZ et Robert MAGIRON)

Le département de la Haute-Marne a depuis plus de 20 ans, fait le choix de l’immobilisme

L’on pourrait dire que ce Département n’a pas vraiment de cap, aucune remise en question, avec les mêmes conseillers généraux, depuis plus de vingt ans pour certains. Il leur est bien plus confortable de s’abriter derrière un parti politique plutôt que de considérer les intérêts du territoire.

Le dernier slogan du Conseil Départemental « la Haute-Marne respire et inspire » est une ironie, il respire, peut-être, mais n’inspire pas. Pour cela il nous faudrait des élus qui veulent faire avancer le territoire plutôt que des élus qui s’enfoncent et s’accrochent à leur siège en choisissant le « j’y suis j’y reste ».

L’innovation et la nouveauté sont nécessaires pour l’attractivité d’un territoire plutôt que la continuité

Selon l’INSEE un département à la population vieillissante tel, que la Haute-Marne, n’est pas pour autant un département qui n’attire pas. La jeune génération quitte le département pour approfondir son éducation. Il faudrait par contre les inciter à revenir pour en faire profiter tout le département.

La politique du « on a toujours fait comme ça » pénalise le Département depuis trop longtemps. D’autres départements préfèrent innover et optent pour le « faisons autrement ».

Une partie de la population de la Haute-Marne est isolée à moins d’être motorisée. Pour exemple, Bourbonne est à plus de 40 km de tous services et se trouve enclavée.

Plutôt que d’investir dans des panneaux de limitation de vitesse à 90 km ! ou encore dans des masques « serpillières » ne vaudrait-il pas mieux réfléchir et agir sur la problématique de la mobilité rendant tout le département accessible et donc attractif.

La chute de la démographie est une conséquence directe du manque d’accessibilité au territoire

Espérons que ces élections vont permettre l’arrivée d’élus motivés uniquement par le futur du département, qu’ils sauront être audacieux et innovants dans leurs décisions plutôt que de se réfugier derrière leur Président car du même parti politique en posant allègrement à ses côtés pour diverses séances photos.

Le Conseil Départemental est une collectivité territoriale. Il dispose d’un budget alimenté en grande partie par nos impôts. Le site du Conseil Départemental (www.haute-marne.fr) nous apprend que le budget 2021 prévoit en dépenses de fonctionnement 180 646 M €. Il s’agit principalement de postes de dépenses nécessaires à la gestion courante des services et de l’activité de la collectivité.

1,26 M€ pour les indemnités et frais des 34 élus
Belle motivation pour certains !

Etonnamment, certains candidats, tels que Elie PERRIOT à Bourbonne, affichent dès maintenant le slogan « le choix de la Haute-Marne avec Nicolas LACROIX ».

Nous sommes quelque peu surpris de ce slogan que l’on peut qualifier de présomptueux. En effet, Nicolas LACROIX devra tout d’abord être réélu dans son canton de Bologne. Après tout aux dernières élections il n’a fait qu’un score inférieur à 40 %.

Ensuite seulement, il devra être réélu Président par la nouvelle assemblée.

Chaque chose en son temps !

Nous notons que les seules conditions pour être candidat aux élections départementales sont d’avoir 18 ans, être électeur donc français, et être domicilié dans le département.

S’agissant d’élections anciennement appelées cantonales, nous pourrions nous attendre à voir des candidats domiciliés dans le canton qu’ils entendent représenter. Pourtant nous voyons par exemple une candidate au canton de Chalindrey domiciliée à Bourbonne (Ludivine DEROCHE).

Ne serait-il pas plus logique que les candidats soient domiciliés et électeurs dans le canton où ils se présentent.

L’un des grands dangers de l’ambition est la démesure.

Plusieurs conseillers départementaux actuels sont installés bien confortablement depuis plusieurs années et d’autres sont élus simplement dans la continuité de leur prédécesseur. Ils ou elles n’ont rien apporté de nouveau. Leur bilan n’est pas identifiable, pour exemple le bilan de André NOIROT. Ce dernier n’a fait qu’accumuler des indemnités au fil des ans.

N’est-il pas temps de limiter le nombre de mandatures à deux, soit 12 ans, pour garantir un renouveau d’idées et d’actions.

L’appauvrissement de notre département, la baisse démographique, une population vieillissante, le manque de médecins, un chômage persistant, tous ces critères démontrent le manque d’imagination et d’ambition et surtout d’ouverture de nos élus.

Même si quelques-uns ont sût faire avancer leur canton, d’autres se sont paresseusement contenter de suivre les directives de leur Président et/ou de leur parti politique au détriment de tout le territoire.

Il est temps de se réveiller.

L’image du département et son attractivité passe obligatoirement par le comportement de nos élus.

Pour rappel, André NOIROT, Président du Syndicat des Sapeurs-Pompiers de Haute-Marne, avait eu un comportement odieux vis-à-vis des sapeurs-pompiers à Chaumont fin 2019. (Voir notre article du 2 février 2021 intitulé Les élections départementales)

En 2015, André NOIROT, conseiller départemental, aidé de Elie PERRIOT, aujourd’hui candidat, avait orchestré une manifestation contre la municipalité en place en osant faire jouer le Chant des Partisans devant la Mairie.

Elie PERRIOT se servait de plus des réseaux sociaux pour insulter très grossièrement et même vulgairement les élus en place. Va-t-il utiliser les mêmes tactiques s’il n’est pas élu. N’oublions pas que Elie PERRIOT et son entreprise font l’objet d’une enquête de la Sécurité Sociale.

Une enquête de moralité devrait faire partie des conditions d’éligibilité

Rapport d’évaluation de l’étang



Nous remercions André NOIROT de nous avoir finalement fait parvenir une copie du rapport d’évaluation du Domaine concernant l’étang et terrains adjacents.

Par cet article, nous ne contestons pas le montant délibéré pour l’achat de ces parcelles, ni l’achat lui-même.

Cependant, le manque de clarté autour de cet achat nous amène logiquement à en questionner les raisons.

André NOIROT avait, en 2019, annoncé au conseil municipal, un projet de « coulée verte » pour justifier l’achat de la maison GUYOT. Ce projet, a-t-il déclaré, existait en 1989, projet qui n’a pour autant laisser aucune trace !

Il existe une « coulée verte » à Paris dans le 12ème arrondissement, sur une ancienne voie ferrée. Elle relie les environs de Bastille à la Porte de Vincennes.

Mais nous sommes à Bourbonne

A la lecture du rapport d’évaluation du Domaine, nous pouvons lire qu’il s’agit de la succession FALLOT, famille proche de André NOIROT.

Nous notons que cette évaluation a été commanditée le 14 Octobre 2020 soit près de 6 mois avant que le conseil municipal ne délibère sur l’achat des parcelles concernées.

Nous nous demandons quand André NOIROT avait-il décidé d’effectuer cet achat ?

Nous notons également que l’étang est en effet alimenté par la Collectivité bien que privé.

La Collectivité, c’est nous
les contribuables

Nous n’avons toujours pas de réponse à notre article paru dans le Journal de la Haute-Marne du 1er avril dernier. Nous demandions à connaitre, comme tout citoyen en a le droit, les tenants et aboutissants justifiant cet achat.

Nous soulignons le manque de transparence récurrent chez André NOIROT.

Une coulée verte est une promenade plantée qui nécessite un gros investissement en aménagement et de surcroit en entretien.

Encore un projet irréalisable surtout au regard de notre endettement

Réaction du Maire à notre lettre ouverte

Nous voudrions remercier André NOIROT d’avoir mentionné notre Association Bourbonne Info dans sa réaction à notre lettre ouverte parue dans le Journal de la Haute-Marne du 15 avril.

Selon Wikipédia : une lettre ouverte est un texte qui, bien qu’adressé à une ou plusieurs personnes, est exhibé publiquement. Pour ce faire, c’est le plus souvent la presse qui est utilisée comme media.

Au nom de l’Association Bourbonne Info une demande de communication du rapport d’évaluation du Domaine concernant l’étang et ses terrains avait été envoyée.

Pour toute réponse André NOIROT a demandé les procès-verbaux de nos assemblées générales.

Serait-ce une tentative d’intimidation ?

Nous sommes surpris par cette demande car il devrait savoir qu’un Maire ne peut exiger de tels documents. En effet, si une Association, quelle qu’elle soit, n’utilise pas de locaux municipaux, ne sollicite pas de subvention, c’est à dire qu’elle est totalement indépendante, elle n’a rien à fournir à la mairie.

Par contre, en vertu de l’article L2141-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, le Maire, lui, a l’obligation de communiquer à quiconque en fait la demande les documents administratifs dits communicables.

Selon la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA), l’avis du Domaine ainsi que le rapport d’évaluation constituent des documents administratifs communicables au tiers au sens de la loi du 17 juillet 1978.

Article 2141-1 : Le droit des habitants de la commune à être informés des affaires de celle-ci et à être consultés sur les décisions qui les concernent, indissociable de la libre administration des collectivités territoriales, est un principe essentiel de la démocratie locale.

Une nouvelle demande personnelle a été envoyée le 2 avril.

Sans réponse à ce jour !

La police municipale

Depuis l’été 2019, Bourbonne n’avait plus de police municipale.

Nous souhaitons donc la bienvenue au gardien-brigadier Mélodie LEFEBVRE.
 
L’article du Journal de la Haute-Marne du 6 février 2021,
nous apprend que celle-ci est native de Calais. Son expérience dans la gendarmerie Nationale et dernièrement dans la Police municipale de Nancy sera sans nul doute mise à bon escient.

L’article nous révèle que André NOIROT veut d’abord vérifier que la signalisation est conforme. Pourquoi pas, après tout, elle a été installée, sous ses mandatures.

Elie PERRIOT, premier adjoint, a déclaré au Journal de la Haute-Marne du 6 février 2021 que les commerçants seraient particulièrement ciblés, ceux-ci ayant la manie d’occuper les emplacements de la Grande Rue.

Il faut un certain culot pour faire de telles déclarations, puisque le plus souvent nous pouvons constater que plusieurs taxis de sa société monopolisent des places.

Elie PERRIOT, encore lui, a été jusqu’à déclarer que la nouvelle recrue devra de plus s’atteler au respect de la propreté. Va-t-il lui demander de ramasser les mégots tellement présents dans la grande rue en dépit des cendriers installés.

André NOIROT a de plus prévenu que la tournée de collection des ordures ménagères effectuée par les services techniques chaque vendredi, ne va pas durer.

Nous nous demandons bien pourquoi. A moins qu’il n’ait prévu de faire intervenir la super balayeuse



Pour la tranquillité de tous et en toute équité, espérons que notre nouvelle police municipale ne se laissera pas amadouer par ces élus qui se croient supérieurs pour accorder des passe-droits à certains et pas à d’autres, pratique connue à Bourbonne depuis des décennies.

Bon courage, car il lui en faudra

Un député à Bourbonne les Bains


Sylvain TEMPLIER, député du Sud Haute-Marne est venu récemment à Bourbonne-Les-Bains. Il a rencontré les agriculteurs de trois exploitations locales.

 

  • GAEC Saint Marcellin de Villars Saint Marcellin
  • GAEC des Houlettes de Bourbonne Les Bains
  • EARL des Plantes de Genrupt

Les exploitants ont ainsi pu faire part non seulement des difficultés auxquelles ils doivent faire face aujourd’hui, mais ils ont également pu expliquer et prouver leur volonté de toujours regarder vers le futur.

Félicitations

Ainsi que Monsieur le Député a pu le constater, la jeunesse prend le dessus et avec l’appui de leurs parents ils osent

  • S’adapter
  • Innover
  • Se diversifier

On peut ainsi considérer que le secteur agricole à Bourbonne-Les-Bains montre de nombreux signes de dynamisme.

André NOIROT et son équipe devraient en prendre de la graine !

Les élections départementales

Alors qu’un projet de loi a été présenté pour reporter les élections départementales de mars à juin 2021, nos élus se préparent.

Le Président du Conseil Départemental, Nicolas LACROIX, a déclaré dans la Voix de la Haute-Marne du 22 janvier : que ce soit en mars ou en juin, je suis prêt ! en ajoutant de plus : une majorité de candidats va se représenter, ce sera une élection différente dans chacun des 17 cantons.

Nous pouvons déjà nous demander en quoi cette élection serait différente si ce sont toujours les mêmes élus.

Si la Haute-Marne souffre de son manque d’attractivité et ne réussit pas à inverser la courbe démographique n’est-ce-pas aussi parce que nous avons des élus qui ne veulent surtout pas lâcher les rênes qu’ils ou elles détiennent, depuis des décennies pour certains.

Quelles peuvent être les motivations du candidat au siège de conseiller départemental ?

Il peut y avoir plusieurs raisons :

  • Le désir d’agir pour les intérêts de son coin de territoire, son canton
  • Par ambition politique
  • Par ambition personnelle
  • L’attrait du salaire du conseiller départemental non négligeable


Le Journal du Net, premier site d’actualités français, nous détaille les salaires de nos élus, soit 1 858,67 € bruts par mois s’il est membre de la commission permanente. A savoir que la commission permanente du Conseil départemental de la Haute-Marne est composée de l’ensemble des élus et 5 612,45 € bruts par mois pour le Président, quelle que soit la taille du département.

Nicolas LACROIX a pour objectif d’inverser la courbe démographique du département grâce notamment à un plan d’investissements de 500 millions d’€ à l’horizon 2030, soit environ 50 millions € par an.

Le budget 2020 avait cependant inscrit en dépenses d’investissement un total de près de 74 millions € pour la seule année 2020.

C’est à n’y rien comprendre

Tant que nos élus restent en permanence sur la défensive, et refusent l’ouverture vers l’extérieur tant pour les idées que pour les acteurs du territoire, la Haute-Marne ne réussira malheureusement pas à inverser la courbe démographique.


La Haute-Marne restera ancrée dans le passé avec des gouvernants qui ne veulent surtout pas lâcher leur siège au détriment de la population.

Le journal l’Affranchi du 24 décembre 2020 révèle que Nicolas LACROIX, parlant des médecins de l’Hôpital, avait déclaré en réunion plénière du conseil départemental de décembre, il y en a de très bons, mais il y en a aussi de très mauvais !

En est-il de même pour nos conseillers départementaux ?

Il y en a de très bons, mais il y en a aussi de très mauvais !

En effet, il y a ceux qui se mobilisent pour leur canton et ceux qui préfèrent simplement se montrer.

Notre conseiller départemental est André NOIROT. Nous ne pouvons identifier quel est son bilan en tant que tel si ce n’est qu’il sait figurer auprès de Nicolas LACROIX à diverses occasions.



André NOIROT assume également la Présidence du Syndicat des Sapeurs-pompiers de la Haute-Marne. Fin 2019 il a démontré un grand mépris envers les pompiers par un geste des plus obscènes prétextant avoir reçu des insultes, affirmation d’ailleurs démentie par les pompiers.

Le plus incompréhensible, est que le conseil départemental dans son ensemble a préféré apporter son soutien à André NOIROT, malgré son comportement inexcusable.

L’attractivité du territoire passe aussi par le comportement de nos conseillers départementaux

Et là, c’est pas gagné !

La neige et ses dangers


Chacun le sait, les activités de salage, sablage ou déneigement de la voierie ne constituent pas le quotidien des agents des services techniques.

La neige tombée pendant plusieurs heures ce mardi 12 janvier était annoncée.

Il relève des services de toute commune d’organiser en amont, les moyens et les mesures à mettre en place.

La commune de Bourbonne Les Bains possède l’équipement nécessaire, encore faut-il qu’il soit opérationnel

La super balayeuse d’un coût de 125 000 € n’est-elle pas équipée d’une lame à déneiger, comme cela était prévu ?


À moins qu’il ne soit parti en réparation !
L’on peut se demander pourquoi, car il n’a pas neigé depuis plus d’un an !

Le Maire, André NOIROT et son Adjoint aux travaux, Patrick BREYER n’ont-ils pas organisé l’équipement nécessaire en amont, c’est-à-dire avant l’hiver.

Ne savent-ils pas que des épisodes neigeux s’anticipent

Nous notons que par le passé, les agents étaient déployés et intervenaient sur le territoire de la commune lors d’épisodes neigeux pour non seulement sabler mais également déneiger les rues et places. Les 12 et 13 janvier, si quelques endroits ont peut-être été sablés, aucun engin n’est venu sur la Place de Verdun par exemple pour préparer la sortie des écoles ou même la venue des bénéficiaires des restos du Cœur le lendemain.

L.2212-2 du code général des collectivités territoriales stipule : le maire est chargé d’assurer la sûreté du passage dans les rues, quais, places et les voies publiques. Le maire est donc compétent pour ordonner les opérations de nettoiement et de déneigement sur l’ensemble des voies, quel que soit leur propriétaire.



Le déneigement des voies, en vue de permettre la commodité de la circulation publique, fait partie des missions de police municipale du Maire.

Le maire doit prendre les mesures nécessaires pour prévenir les dangers sur le territoire de la commune, et notamment sur les voies ouvertes à la circulation publique.

Nos élus sont-ils trop occupés pour se soucier de leurs devoirs et responsabilités.

Nos élus sont-ils frivoles?

En 1884, le Dr. Auguste CAUSARD écrivait dans son livre Bourbonne et ses eaux minérales, dans son chapitre intitulé Anthropologie concernant les habitants de Bourbonne et ses environs :

Je leur reprocherai seulement d’être légèrement frivoles et volages.



Début 2020, à l’occasion de sa campagne électorale de mars dernier, André NOIROT avait déclaré :

Je suis en pleine forme, demandez donc à Madame MERCIER, elle pourra vous le dire !

 

 


En Décembre 2020, lors du dernier conseil communautaire, alors que des élus s’inquiétaient de « l’approche de l’heure fatidique du couvre-feu », Marie-France MERCIER avait demandé :

Vous n’avez pas prévu de duvets pour coucher là, Mesdames ? Ce n’est pas grave, il y a beaucoup d’hommes, ils sauront vous réchauffer !

Et le Président du conseil communautaire, Éric DARBOT de conclure :

On ne peut pas, il y a le Covid !

Nous pouvons constater que depuis 1884, nos élus bourbonnais d’aujourd’hui, n’ont guère évolué.

Les propos de André NOIROT et maintenant de Marie-France MERCIER nous démontrent un humour plus que douteux et certainement très frivole. Ce comportement les fait tomber bien bas !

Une commune qui n’évolue pas est une commune qui se meurt.