Les élections, principe de base de la démocratie

La démocratie est un système politique qui permet aux électrices et aux électeurs de voter pour élire les personnes candidates qui les représenteront et qui prendront des décisions en leur nom.

La participation électorale est considérée comme l’un des traits les plus caractéristiques de la bonne santé d’un régime démocratique.

Et pourtant l’érosion de cette participation amène à se demander pourquoi les électeurs choisissent l’abstention.

Pourquoi ?

Serait-ce un manque de confiance envers les élus ?

Que ce soit au niveau communal ou au niveau départemental et même national, il est vrai que le comportement de certains de nos élus n’inspire guère la confiance que nous devrions avoir en eux nous permettant de participer légitimement à leur élection.

En Haute-Marne par exemple, nous voyons des élus enracinés dans leur siège, refusant toute opposition constructive et préférant le dénigrement de leurs adversaires tel que pratiqué à Bourbonne.

Les dernières élections départementales de 2021 nous ont montré des candidats attachés surtout à occuper tous les sièges sous la bannière de leur Président, Nicolas LACROIX, obstruant ainsi la présence de plusieurs oppositions et donc d’un dialogue démocratique.

L’assemblée n’a d’ailleurs été que peu renouvelée puisque 70 % d’entre eux siégeaient auparavant, certains depuis plusieurs mandats et décennies.

André NOIROT avait enfin laissé sa place. Son poulain, Elie PERRIOT n’a été élu que grâce à Bourbonne, étant minoritaire dans le reste du canton. (voir notre article du 22 juillet 2021 intitulé Résultats des élections départementales 2021).

La place doit être bonne

Lors de ces élections départementales, seuls deux candidats d’opposition ont obtenu des sièges : Laurence ROBERT-DEHAULT et Michel KARAKULA pour Saint Dizier 1.

En début d’année, Laurence ROBERT-DEHAULT avait questionné le Président Nicolas LACROIX sur l’achat d’une DS9 pour un coût de 78 000 € payé par le contribuable. Nicolas LACROIX avait justifié cet achat en répondant que cela montre qu’on n’est pas un département de ploucs. Lors d’une séance suivante il a été jusqu’à déclarer qu’après tout lui n’était pas né avec une cuillère en argent !

En d’autres termes, ne m’embêtez pas avec vos questions, je la mérite !

Le Conseil Départemental souhaite inverser la courbe démographique et (re)donner de la fierté aux Haut-Marnais.

Dans ce but, il a été décidé de créer une nouvelle agence d’attractivité pour la Haute-Marne.

Sans surprise, le Président est Nicolas LACROIX.

Plus inquiétant, le Trésorier est André NOIROT. Lui qui endette sa commune a des niveaux records, va-t-il faire de même avec cette agence ?

Les Haut-Marnais devraient être fiers et confiants ?
Là, y a du boulot !

Récemment à Bourbonne, certains ont été surpris de constater la présence de Nicolas LACROIX aux côtés de André NOIROT et Elie PERRIOT pour « une journée portes ouvertes » d’une enseigne de la Grande Rue.

Nous félicitons les dirigeants, cependant, s’agissant d’une agence privée, la présence de ces élus est plus que curieuse et surtout discriminatoire envers les autres commerçants.

La charte de déontologie des élus met l’accent sur la prévention des conflits d’intérêts, garantie que l’action publique est menée dans le seul intérêt général. Concrètement, les membres du conseil municipal s’engagent, par exemple, à n’accorder “aucun avantage ou faveur à un individu ou à un groupe d’individus“.

Et nous devrions être fiers et confiants ?

Le seul intérêt général est trop souvent transformé en seul intérêt personnel ou de quelques-uns seulement en tout impunité d’ailleurs.

La fonction d’élu est devenue une « carrière » ne nécessitant aucun diplôme particulier ni compétence. Il suffit aujourd’hui de se rapprocher de quelques personnes ayant une soi-disant influence et le tour est joué. Face à une population trop souvent sans mémoire, l’élu se conduit ensuite en petit baron plutôt qu’en représentant de cette population et s’accroche confortablement à son siège pendant plusieurs mandats et même décennies comme constaté à Bourbonne.

Plus largement et actuellement nous voyons que plusieurs candidats, bien qu’ayant (ou eu) des démêlés avec la justice sont candidats à la députation ainsi que rapporté dans un article du Nouvel Obs du 10 mai 2022.

Violences conjugales, détournements de fonds publics, harcèlement… De nombreux députés mis en cause, condamnés ou poursuivis par la justice, ont été investis candidats par leur parti pour les législatives.

Nous nous devons d’utiliser notre droit de vote au moins par respect envers nos anciens qui se sont battus pour l’obtenir.

Par contre le respect des élus envers les électeurs est de plus en plus absent d’où une abstention grandissante.

Un département de ploucs

Faut-il rappeler que la Haute-Marne a inspiré de nombreux personnages illustres dans le monde entier. Citons-en quelques-uns :

  • Le Général De Gaulle à Colombey-Les-Deux-Eglises
  • Les frères Goncourt, créateurs de la célèbre Académie
  • Diderot, né à Langres créateur de l’encyclopédie
  • Voltaire, en résidence pendant 15 ans à Cirey-Sur-Blaise
  • Jeanne Mance, considérée comme la fondatrice de Montréal au Canada

Tous sont connus et reconnus pour leurs actions et leur travail


Nicolas LACROIX, président du conseil départemental de la Haute-Marne, vient de se commander un véhicule de luxe à 78 000 € aux frais du contribuable.

Selon lui, il s’agit de l’image du département, de l’attractivité du département pour montrer que la Haute-Marne n’est pas un département de ploucs.

Le dictionnaire nous donne une définition du mot plouc, synonyme de bouseux :

FAMILIER ET PÉJORATIF (INJURIEUX)
Paysan(ne) – Personne qui a des manières grossières.

Le plouc ou le bouseux se reconnait par son comportement et non par son apparence ou son véhicule, même si certains élus se comportent en véritables ploucs ou bouseux.

Le dicton ne dit-il pas :

L’habit ne fait pas le moine
Nous ajoutons : ni son véhicule



Si Nicolas LACROIX voulait que l’on parle de la Haute-Marne, c’est réussi. La presse locale mais également nationale se régale par la voix du Canard Enchainé.

Il est clair que Nicolas LACROIX ne doit pas bien connaitre son département. En effet, la voiture a été commandée en Côte d’Or alors même qu’il y a un concessionnaire en Haute-Marne (Saint Dizier). Pour combler le tout, la DS 9 est fabriquée en Chine.

Nicolas LACROIX, défenseur de son territoire ?

Et comme si cela ne suffisait pas, le voilà qui intitule son livre Et si les bouseux avaient des idées. (12 €)

D’où Nicolas LACROIX tire-t-il son inspiration ?

Afin de se démarquer, Nicolas LACROIX aurait pu commander un véhicule :

  • fabriqué en France
  • acheté en Haute-Marne
  • écologique
  • d’un prix accessible (moins de 10 000 €)

Il pourrait ainsi apprécier les paysages hauts-marnais avec ses routes défoncées et prendre le temps de rencontrer quelques ploucs et bouseux.

Les projets phares de Bourbonne Les Bains

Le Journal de la Haute-Marne du 12 janvier 2022 nous renseigne quant aux projets phares de quelques bourgs-centres du département.

Sans détailler les projets de chacun, retenons quelques-uns :

  • Joinville prévoit entre autres, l’aménagement du centre-bourg
  • Eurville-Bienville prévoit entre autres, la rénovation de l’école maternelle, des travaux de voierie « un peu partout dans la commune »
  • Chalindrey poursuit un cycle d’investissements débuté en 2014 avec un habitat toujours grandissant et prévoit entre autres la construction d’une résidence senior
  • La Porte-du-Der prévoit entre autres, de continuer son programme de réaménagement du haras afin d’accueillir les périscolaires, un city stade et une piste cyclable

Nous constatons que toutes ces communes ont réfléchi aux besoins et confort de leurs habitants.

Et maintenant voyons ce que André NOIROT prévoit pour Bourbonne


Outre la rénovation des thermes, André NOIROT n’annonce aucun projet de la commune, si ce n’est la réfection des réseaux de la commune. Il est vrai que les réseaux d’eau en particulier sont très vétustes. Certains n’ont pas fait l’objet d’investissements depuis plus de 40 ans ainsi que l’avait déclaré Patrick BREYER adjoint aux travaux. Cette réfection n’est donc pas un projet en soi mais plutôt un rattrapage de travaux qui n’ont pas été effectués comme il se doit.

Quant à la rénovation des thermes, il fallait s’y attendre. Depuis 2006, la modernisation de l’établissement thermal a été la seule préoccupation de André NOIROT car à la demande du concessionnaire VALVITAL.

Dès que la commune est devenue propriétaire des murs de l’établissement thermal en 2006, Bernard RIAC, PDG de Valvital, a réclamé une modernisation des bâtiments.

André NOIROT déclare dans l’article qu’il a bon espoir de redévelopper la fréquentation du site et qu’en 2019 il y a eu 7 500 curistes. Rappelons qu’en 1986 Bourbonne a connu jusqu’à 16 000 curistes.

Cela fait près de 20 ans que André NOIROT a cet espoir, qui ne reste qu’un espoir !

Depuis que VALVITAL a pris possession de la concession en 2004 avec 12 500 curistes, la perte a été de 66,6 %. (voir notre article du 14 décembre 2020 intitulé « Chute de la fréquentation des thermes » )

Entre parenthèses, si l’on peut croire que 4 000 curistes ont été reçus en 2021 contre 7 500 en 2019, la baisse représente une chute de 46 %.

Les fermetures forcées dues à la crise sanitaire n’ont pas pour autant motivé Valvital à engager des travaux ne serait-ce que d’entretien, d’autant que André NOIROT avait exonéré le concessionnaire de redevance pour deux années. Carole RECOUVREUR, directrice des thermes, avait déclaré le 12 mai 2021 à France 3 régions :

« Nous avons pu bénéficier du chômage partiel , de 15.000€ de chèques cadeaux du conseil départemental, de la suppression de la redevance pour l’eau que nous payons à la commune pour 2020 et 2021 et, depuis janvier 2021, nous sommes entrés dans le dispositif des 70% de charges fixes prises en charge par l’Etat mais nous avons consommé en grande partie notre PGE (prêt garanti par l’Etat ndlr) », expose Carole Recouvreur.

Bernard RIAC serait-il atteint du syndrome de Picsou ? celui qui en veut toujours plus

Et André NOIROT de lui servir sur un plateau


Si l’établissement, qui n’a que 45 ans, doit être moderniser, ce n’est pas aux bourbonnais de payer.

Si l’établissement n’a pas été entretenu comme il se devait, ce n’est pas aux bourbonnais d’en payer les conséquences. Les articles 10 et 11 et 15 du contrat de concession sont très clair à ce sujet :

Article 10

Projets de construction
Les projets de construction, d’acquisition ou de modification, autres que de détail ou de simple entretien, de tous ouvrages et installations seront soumis à l’approbation du propriétaire.

Article 11

Etat descriptif
Les frais résultant de ces opérations seront à la charge du concessionnaire.

Article 15

Travaux d’entretien
Pendant toute la durée de la concession, le concessionnaire sera tenu d’exécuter, à ses frais, à l’établissement thermal et à ses dépendances, tous les travaux d’entretien même ceux de grosses réparations et de constructions nécessaires au maintien en bon état des installations, de manière à ce qu’elles conviennent toujours à l’usage auquel elles sont destinées.

Plutôt que de satisfaire les desideratas de Bernard RIAC, André NOIROT devrait se préoccuper des besoins des habitants, payeurs de ses lubies

Historique du Casino de Bourbonne Les Bains

En 1806 un décret de Napoléon 1er autorise les maisons de jeux dans les stations balnéaires et thermales et dans la ville de Paris. Il voulait combattre la clandestinité et le blanchiment de devises.

En 1969, un nouveau décret intègre trois jeux américains (la roulette, le blackjack et le craps).

A Bourbonne, le premier établissement thermal est construit en 1783.

Napoléon III visite Bourbonne en 1865.



Jugé inapproprié, un nouvel établissement est construit de 1877 à 1883. Une salle de jeux y est adossée sous forme de véranda typique de la fin du XIXème siècle.
En 1975, le bâtiment des thermes et la véranda sont entièrement démolis.

Un bâtiment existait cependant dans le parc près des colonnes romaines.Il comprenait un théâtre, un cinéma et une discothèque et par la suite une salle de jeux. Nous n’avons pas la date de construction de ce bâtiment, cependant son architecture nous suggère un style art déco (1920) et bénéficiait d’un parc apprécié de tous.

De 1975 à 1977, la démolition et reconstruction des thermes ont impliqué la démolition du parc mais également une rénovation du cinéma théâtre et cinéma qui incorporera éventuellement le casino.



Le 22 décembre 1999, le conseil municipal rend un avis favorable sur l’autorisation d’exploiter les jeux, et approuve le projet de cahier des charges, le projet de traité de concession.

Début 2000 un premier appel à candidature est lancé, le délai expirant le 18 février. Le 21 février le conseil municipal proroge ce délai au 31 mars 2000 à 17h.

Le 26 avril 2000 à 14h30, la commission d’ouverture des plis est réunie. Elle prend connaissance des offres présentées et émet un avis favorable au libre engagement de toute discussion par le Maire avec les cinq sociétés comme la loi Sapin le permet.

Les cinq sociétés candidates sont reçues du 9 mai 2000 après-midi au 24 mai 2000 matin.

Un rapport du Maire, André NOIROT, est ensuite produit détaillant le calendrier et toute la procédure engagée. Un tableau comparatif des propositions des candidats est joint à ce rapport.

L’une des sociétés candidates, le groupe X, proposait :

  • Un prélèvement de 15 % dès le premier franc
  • Un soutien direct à l’OTSI de 200 000 F (30 500 €) dès l’autorisation des jeux
  • Le maintien de la propriété par la ville
  • 40 emplois + saisonniers
  • 120 000 F/an (18 300 €) de redevance d’occupation
  • 5 000 F/an (763 €) licence IV + toutes taxes
  • Transformation, maintien des éléments solides réutilisables de l’existant

André NOIROT conclut le rapport ainsi :

Après examen détaillé des propositions des cinq candidats, je propose de retenir l’offre du Groupe X présentée par Madame D, s’avérant la mieux-disante.

Jusque-là tout va bien

Au conseil municipal du 22 octobre 2021, Christian TROISGROS a rappelé que la concession avait été signée le 12 Octobre 2000 avec le groupe EMERAUDE, soit 4 mois et demi plus tard.

La question se pose, que s’est-il passé pour que André NOIROT change d’avis en si peu de temps ?

La proposition du groupe EMERAUDE était pourtant bien moins avantageuse pour la commune :

  • Un prélèvement par palier de 7 à 10 %
  • Soutien à l’OTSI de 75 000 F (11 500€)
  • Demande la propriété de l’emprise
  • Pas de redevance d’occupation ni de Licence IV car propriétaire
  • Démolition et reconstruction totale
  • Construction d’un hôtel 4 étoiles

Au final, nous avons aujourd’hui :

  • Un taux de prélèvement moindre
  • Une participation à l’OTSI moindre
  • Un casino complètement démesuré et certains disent même digne de Disneyland, ainsi que la destruction d’un patrimoine
  • Un hôtel qui n’a jamais vu le jour
  • Des colonnes romaines qui n’ont jamais été remises en place en dépit des demandes des services archéologiques
  • La destruction d’un niveau organique chargé de mobilier antique ainsi que le décrit le rapport du Directeur des services d’archéologie de 2004

La décision d’un Maire ne devrait être prise que sur la base des avantages pour la commune et de personne d’autre.

Annulation des festivités à Bourbonne Les Bains

Partout en France, ont été organisées diverses festivités dans le but de récolter des dons au bénéfice du Téléthon.

En France, le Téléthon est un événement caritatif organisé depuis 1987 par l’Association française contre les myopathies (AFM) pour financer des projets de recherche sur les maladies génétiques.

Cet évènement était prévu également à Bourbonne. Un grand nombre de personnes s’y étaient préparées et avaient préparé, par exemple des pâtisseries. Les festivités étaient principalement prévues en extérieur.

Malheureusement la municipalité a décidé d’annuler au dernier moment cet évènement.

En raison des conditions sanitaires, c’est avec un immense regret que nous sommes contraints d’annuler l’édition du téléthon 2021.

Ce message est paru sur le site internet de la commune en fin de matinée, le 4 décembre, soit la veille. La plupart des associations concernées ne l’ont appris que par accident.

L’on peut se demander ce qui a pu motiver cette annulation.

Certainement pas les conditions sanitaires

Les contraintes sanitaires connues depuis maintenant plusieurs mois, sont les mêmes à Fayl-Billot ou Langres ou encore Jussey et il n’y a pas eu d’annulation.

Non seulement le Festival de l’eau n’existe plus depuis 2019, voilà qu’en 2021, les feux d’artifice du 14 juillet 2021 ont été annulés, et maintenant le téléthon 2021.

La météo, le Coronavirus… tout sauf la vérité

Rappelons que André NOIROT avait choisi un conseiller délégué en charge de l’évènementiel. Ce conseiller, Damien CORNU perçoit une indemnité pour cette fonction. Nous voyons que cette indemnité ne lui sert qu’à annuler le peu d’évènements festifs qu’il devait gérer.


L’indemnité va-t-elle être annulée ?


Qu’en est-il de Bourbonne ?

On le sait, le départ des curistes se traduit chaque année par une certaine hibernation de la commune.

Mais là, elle est clairement dans un sommeil très profond.

Dernière minute : Annulation de l’audition de Noel

Rien à voir avec la crise sanitaire

André NOIROT et cette municipalité préfèrent gaspiller nos deniers sur des achats immobiliers inutiles ou encore des balayeuses à des prix exorbitants plutôt que de permettre aux habitants de profiter de moments festifs.

Les finances de la commune doivent vraiment être si réduites par les dépenses extravagantes décidées par André NOIROT ces dernières années, à tel point qu’il n’est même plus possible de financer d’évènements pour le plaisir des habitants/payeurs.

Le Père Noël va-t-il oser venir à Bourbonne ?

Girouette ou pas girouette ?

Nous pouvons observer les girouettes positionnées sur les toits des bâtiments publics de Bourbonne les Bains

.
Ce qui est moins visible à l’œil nu ce sont les girouettes du conseil municipal.

La première girouette, et de taille, est
André NOIROT

Nous avons pu le constater précédemment lorsqu’il avait demandé au conseil municipal du 31 janvier 2019 de rendre un avis favorable à l’implantation d’éoliennes dans la proximité de Bourbonne les Bains

.
Au conseil municipal du 15 juillet 2021, le vent ayant sûrement tourné, André NOIROT avait demandé au conseil municipal de rendre un avis défavorable sur le même sujet.

Un jour oui, un autre jour non, nous sommes éblouis par leurs convictions !

Aujourd’hui, le sujet est l’idée d’un hôpital unique, idée lancée tout d’abord au début des années 2000 par Luc CHATEL. A l’époque, Chaumont et Langres n’avaient pu s’entendre et le projet avait été abandonné.

Suite à son élection 2020 à la présidence du Conseil Départemental, Nicolas LACROIX avait saisi le sujet en se prononçant pour la construction d’un nouvel hôpital à Chaumont.

Il avait admis quelques temps auparavant que la santé relevait de l’Etat et non du département. Au cours d’un petit déjeuner avec la presse mi-septembre 2021, il avait précisé : à aucun moment je n’ai pensé à l’hôpital unique. (Voir l’Affranchi du 17 septembre 2021, page 6)

Le 29 septembre dernier, lors d’une réunion de la conférence des Maires du Pays de Langres, l’idée a été remise sur la table. Il s’agissait d’émettre un avis sur la création d’un hôpital unique entre Chaumont et Langres.

Tout comme l’avait admis Nicolas LACROIX, la compétence santé ne relève pas du Département, elle ne relève pas non plus du Pays de Langres, mais bel et bien de l’Etat par l’ARS (Agence Régionale de Santé)


Le journal La Voix de la Haute-Marne du 8 octobre dernier nous révèle que lors de cette conférence André NOIROT semblait défendre l’idée d’un hôpital unique. Le voilà, lundi 4 octobre, signataire d’un communiqué de presse commun avec Nicolas LACROIX, Anne CARDINAL, Maire de Langres, et Christine GUILLEMY, Maire de Chaumont, indiquant «qu’ils réaffirment leur détermination à maintenir les trois hôpitaux existant».


Le journal l’Affranchi du 8 octobre confirme lui aussi dans le bêtisier de la semaine : pour la petite histoire, André NOIROT, s’était positionné au Pays de Langres (29 septembre) pour un hôpital unique.

Nous pouvons en retenir que André NOIROT était prêt à sacrifier l’hôpital de Bourbonne

Cinq jours plus tard, le voilà qui se rallie à Nicolas LACROIX pour le maintien des trois hôpitaux.


Tout comme l’Affranchi, nous en concluons :

Notre petit doigt nous dit qu’entre-temps, il a dû en discuter avec Nicolas LACROIX…

Résultats des élections départementales 2021

Avec plus de 65 % au niveau national, la grande gagnante de ces élections régionales et départementales 2021 est l’abstention.

Ce record historique devrait inquiéter les élus politiques, mais ne rêvons pas

Jean ROTTNER, Président du Conseil Régional, a très justement déclaré que sa victoire se devait d’être humble étant donné le taux d’abstention record.

Alors que Nicolas LACROIX, Président du Conseil Départemental de Haute-Marne, lui, se félicite d’avoir la quasi-totalité des sièges sous son étiquette (16 sur 17)

La concentration de tous les pouvoirs entre les mains d’un individu, d’une assemblée sape la démocratie

Le droit de vote est l’un des piliers de la démocratie, et ce depuis l’Antiquité. Le vote est un élément essentiel et constitutif de la démocratie.

Ça c’était avant, et en principe,

La réalité est toute autre

Nous voyons aujourd’hui des élus motivés uniquement par l’ambition personnelle et non par les intérêts de la population. Pour certains, le niveau d’instruction est minimal comparé à leur ambition qui est maximale.

Le slogan « La Haute-Marne respire et inspire » n’est que fantasme. Ces dernières élections montrent avant tout que la Haute-Marne continue d’expirer.

On prend les mêmes et on recommence

Le Conseil Départemental de la Haute-Marne ressemble plus à un « club » de copains qu’à une assemblée en charge de plusieurs millions d’euros de nos deniers.

Nous pouvons voir que le budget 2021 prévoit, pour fonctionner, des dépenses à hauteur de 180,646 millions€.

Fort de 1 200 agents, les dépenses de personnel s’élèvent à 40,5 millions€.

La part de l’administration et assemblée représente 10,2 millions€ dont 1,26 million€ pour les indemnités et frais des élus, et 1,17 million€ en dépenses de communication.

Comme disait le regretté Coluche :
Ne rigolez pas, c’est avec nos sous



Le Conseil Départemental de la Haute-Marne se réunit en commission plénière ou permanente une fois par mois pour délibérer sur des dossiers préparés par le personnel compètent. Le Conseiller Départemental a surtout un rôle de représentation. Pour cela il perçoit une indemnité.

Après analyse des résultats sur le canton de Bourbonne Les Bains, nous constatons que le binôme de Jean-Luc VAUTHIER et Emilie SCHROETTER se trouvait majoritaire dans le canton. Cependant les suffrages de la commune de Bourbonne ont fait basculer leur élection en faveur de Elie PERRIOT et Sylviane DENIS.

Sachant que le taux d’abstention s’est élevé à 54,98 % on ne pas dire que le résultat final soit représentatif. En effet, 1583 suffrages sur 7223 inscrits ne représentent que 21,9 % soit une personne seulement sur 4,56.

Quant à la commune de Bourbonne, Villars, Genrupt, les résultats affichent un taux d’abstention de 55,43 %. Les 438 suffrages obtenus par Elie PERRIOT et Sylviane DENIS ne représentent que 29,3 % soit une personne sur 3,4.

Tout comme Jean ROTTNER, il vaudrait mieux rester humble

Rappelons que Elie PERRIOT fait toujours l’objet d’une enquête de la sécurité sociale, mais aussi qu’il est un adepte des réseaux sociaux. Il s’est permis plusieurs commentaires sur « twitter » depuis Avril 2014. En voici quelques exemples :

Apr 20, 2015

Aux armes citoyens ! Vous avez pas l’air con ! Avec votre équipe de branques en vidéo sur @France3CA

Dec 5, 2015

Comment peut-on être aussi bête ? #brice a #bourbonne nous avons la reine de la connerie et du mensonge

20 sept. 2018

C’est autrement plus sérieux que le torche-cul distribué par #brice #bourbonne #bourbonnelesbains

Sep 24, 2018

4 années passées à faire chier tout le monde après avoir été élue par erreur #dieumerci les Bourbonnais ont compris !

Les grossièretés et la vulgarité dont fait preuve Elie PERRIOT n’est certainement pas digne d’un élu, quel qu’il soit.

Nous vous invitons à lire par vous-même tous les messages envoyés par Elie PERRIOT.

Et voilà le niveau de votre nouveau conseiller départemental

Nous notons également qu’un fervent supporter de Elie PERRIOT, en l’occurrence Jean-Marie THIEBAUT de Fresnes-Sur-Apance s’est permis d’écrire sur Facebook le 24/06/2021 de Jean-Luc Vauthier et Emilie SCHROETTER des propos tout à fait dans la lignée de Elie PERRIOT et son prédécesseur André NOIROT.

Avec de tels comportements, nous confirmons,
la Haute-Marne expire

Les élections départementales 2021

Les 20 et 27 juin prochain, les français seront sollicités pour élire leurs conseillers départementaux.

Depuis la loi du 17 mai 2013, les conseillers généraux deviennent les conseillers départementaux.

Ils forment l’assemblée qui dirige le département, le conseil départemental (nouveau nom du conseil général). Le conseil départemental « règle par ses délibérations les affaires du département« .

Les conseillers départementaux sont élus pour six ans. Le conseil départemental est renouvelé en son intégralité lors des élections départementales (le conseil général était renouvelé par moitié tous les trois ans). Ils sont rééligibles. Depuis 2015, Les candidats se présentent en binôme. Chaque binôme est obligatoirement composé d’un homme et d’une femme. Leurs suppléants doivent également constituer un binôme de sexe différent.

Quelles sont les missions des départements ?

Les départements interviennent dans des domaines très divers comme l’action sociale, la culture, la gestion des collèges ou encore l’aménagement du territoire. Le conseil départemental gère aussi les routes départementales et finance le Service d’incendie et de secours (SDIS)

Sur 34 sièges à pourvoir pour le Conseil Départemental de la Haute-Marne, seuls les candidats sortants de 3 des 17 cantons ne se représentent pas en 2021, dont Bourbonne Les Bains.

Depuis 2015, le canton de Bourbonne Les Bains est rattaché au canton de Montigny Le Roy.

André NOIROT et son binôme Mireille RAVENEL, élus en 2015, avaient déclaré ne pas se représenter.

Rappelons que André NOIROT avait œuvré en coulisses pour diviser le nouveau canton en deux lors de la création des nouvelles intercommunalités en 2017 pour que l’ancienne intercommunalité de Bourbonne rejoigne Fayl-Billot et Chalindrey plutôt que l’intercommunalité de Montigny.

Nous aurons le choix entre 5 binômes candidats :

  • Chantal DEZAN et Romary DIDIIER (Annick MASSON et Loïc WEBER)
  • Benjamin MINOLFI et Yvette ROGER (Damien HUGUENIN et Gabrielle LAMBERT)
  • Aurélien COSSIN et Anne-Marie MICHEL (Luca FLAMARION et Danièle QUENTIN)
  • Sylviane DENIS et Elie PERRIOT (Muriel LALLEMANT et Bahi ZAMOURI)
  • Emilie SCHROETTER et Jean-Luc WAUTHIER (Hélène BOURNOT-BRULEZ et Robert MAGIRON)

Le département de la Haute-Marne a depuis plus de 20 ans, fait le choix de l’immobilisme

L’on pourrait dire que ce Département n’a pas vraiment de cap, aucune remise en question, avec les mêmes conseillers généraux, depuis plus de vingt ans pour certains. Il leur est bien plus confortable de s’abriter derrière un parti politique plutôt que de considérer les intérêts du territoire.

Le dernier slogan du Conseil Départemental « la Haute-Marne respire et inspire » est une ironie, il respire, peut-être, mais n’inspire pas. Pour cela il nous faudrait des élus qui veulent faire avancer le territoire plutôt que des élus qui s’enfoncent et s’accrochent à leur siège en choisissant le « j’y suis j’y reste ».

L’innovation et la nouveauté sont nécessaires pour l’attractivité d’un territoire plutôt que la continuité

Selon l’INSEE un département à la population vieillissante tel, que la Haute-Marne, n’est pas pour autant un département qui n’attire pas. La jeune génération quitte le département pour approfondir son éducation. Il faudrait par contre les inciter à revenir pour en faire profiter tout le département.

La politique du « on a toujours fait comme ça » pénalise le Département depuis trop longtemps. D’autres départements préfèrent innover et optent pour le « faisons autrement ».

Une partie de la population de la Haute-Marne est isolée à moins d’être motorisée. Pour exemple, Bourbonne est à plus de 40 km de tous services et se trouve enclavée.

Plutôt que d’investir dans des panneaux de limitation de vitesse à 90 km ! ou encore dans des masques « serpillières » ne vaudrait-il pas mieux réfléchir et agir sur la problématique de la mobilité rendant tout le département accessible et donc attractif.

La chute de la démographie est une conséquence directe du manque d’accessibilité au territoire

Espérons que ces élections vont permettre l’arrivée d’élus motivés uniquement par le futur du département, qu’ils sauront être audacieux et innovants dans leurs décisions plutôt que de se réfugier derrière leur Président car du même parti politique en posant allègrement à ses côtés pour diverses séances photos.

Le Conseil Départemental est une collectivité territoriale. Il dispose d’un budget alimenté en grande partie par nos impôts. Le site du Conseil Départemental (www.haute-marne.fr) nous apprend que le budget 2021 prévoit en dépenses de fonctionnement 180 646 M €. Il s’agit principalement de postes de dépenses nécessaires à la gestion courante des services et de l’activité de la collectivité.

1,26 M€ pour les indemnités et frais des 34 élus
Belle motivation pour certains !

Etonnamment, certains candidats, tels que Elie PERRIOT à Bourbonne, affichent dès maintenant le slogan « le choix de la Haute-Marne avec Nicolas LACROIX ».

Nous sommes quelque peu surpris de ce slogan que l’on peut qualifier de présomptueux. En effet, Nicolas LACROIX devra tout d’abord être réélu dans son canton de Bologne. Après tout aux dernières élections il n’a fait qu’un score inférieur à 40 %.

Ensuite seulement, il devra être réélu Président par la nouvelle assemblée.

Chaque chose en son temps !

Nous notons que les seules conditions pour être candidat aux élections départementales sont d’avoir 18 ans, être électeur donc français, et être domicilié dans le département.

S’agissant d’élections anciennement appelées cantonales, nous pourrions nous attendre à voir des candidats domiciliés dans le canton qu’ils entendent représenter. Pourtant nous voyons par exemple une candidate au canton de Chalindrey domiciliée à Bourbonne (Ludivine DEROCHE).

Ne serait-il pas plus logique que les candidats soient domiciliés et électeurs dans le canton où ils se présentent.

L’un des grands dangers de l’ambition est la démesure.

Plusieurs conseillers départementaux actuels sont installés bien confortablement depuis plusieurs années et d’autres sont élus simplement dans la continuité de leur prédécesseur. Ils ou elles n’ont rien apporté de nouveau. Leur bilan n’est pas identifiable, pour exemple le bilan de André NOIROT. Ce dernier n’a fait qu’accumuler des indemnités au fil des ans.

N’est-il pas temps de limiter le nombre de mandatures à deux, soit 12 ans, pour garantir un renouveau d’idées et d’actions.

L’appauvrissement de notre département, la baisse démographique, une population vieillissante, le manque de médecins, un chômage persistant, tous ces critères démontrent le manque d’imagination et d’ambition et surtout d’ouverture de nos élus.

Même si quelques-uns ont sût faire avancer leur canton, d’autres se sont paresseusement contenter de suivre les directives de leur Président et/ou de leur parti politique au détriment de tout le territoire.

Il est temps de se réveiller.

L’image du département et son attractivité passe obligatoirement par le comportement de nos élus.

Pour rappel, André NOIROT, Président du Syndicat des Sapeurs-Pompiers de Haute-Marne, avait eu un comportement odieux vis-à-vis des sapeurs-pompiers à Chaumont fin 2019. (Voir notre article du 2 février 2021 intitulé Les élections départementales)

En 2015, André NOIROT, conseiller départemental, aidé de Elie PERRIOT, aujourd’hui candidat, avait orchestré une manifestation contre la municipalité en place en osant faire jouer le Chant des Partisans devant la Mairie.

Elie PERRIOT se servait de plus des réseaux sociaux pour insulter très grossièrement et même vulgairement les élus en place. Va-t-il utiliser les mêmes tactiques s’il n’est pas élu. N’oublions pas que Elie PERRIOT et son entreprise font l’objet d’une enquête de la Sécurité Sociale.

Une enquête de moralité devrait faire partie des conditions d’éligibilité

Rapport d’évaluation de l’étang



Nous remercions André NOIROT de nous avoir finalement fait parvenir une copie du rapport d’évaluation du Domaine concernant l’étang et terrains adjacents.

Par cet article, nous ne contestons pas le montant délibéré pour l’achat de ces parcelles, ni l’achat lui-même.

Cependant, le manque de clarté autour de cet achat nous amène logiquement à en questionner les raisons.

André NOIROT avait, en 2019, annoncé au conseil municipal, un projet de « coulée verte » pour justifier l’achat de la maison GUYOT. Ce projet, a-t-il déclaré, existait en 1989, projet qui n’a pour autant laisser aucune trace !

Il existe une « coulée verte » à Paris dans le 12ème arrondissement, sur une ancienne voie ferrée. Elle relie les environs de Bastille à la Porte de Vincennes.

Mais nous sommes à Bourbonne

A la lecture du rapport d’évaluation du Domaine, nous pouvons lire qu’il s’agit de la succession FALLOT, famille proche de André NOIROT.

Nous notons que cette évaluation a été commanditée le 14 Octobre 2020 soit près de 6 mois avant que le conseil municipal ne délibère sur l’achat des parcelles concernées.

Nous nous demandons quand André NOIROT avait-il décidé d’effectuer cet achat ?

Nous notons également que l’étang est en effet alimenté par la Collectivité bien que privé.

La Collectivité, c’est nous
les contribuables

Nous n’avons toujours pas de réponse à notre article paru dans le Journal de la Haute-Marne du 1er avril dernier. Nous demandions à connaitre, comme tout citoyen en a le droit, les tenants et aboutissants justifiant cet achat.

Nous soulignons le manque de transparence récurrent chez André NOIROT.

Une coulée verte est une promenade plantée qui nécessite un gros investissement en aménagement et de surcroit en entretien.

Encore un projet irréalisable surtout au regard de notre endettement

Réaction du Maire à notre lettre ouverte

Nous voudrions remercier André NOIROT d’avoir mentionné notre Association Bourbonne Info dans sa réaction à notre lettre ouverte parue dans le Journal de la Haute-Marne du 15 avril.

Selon Wikipédia : une lettre ouverte est un texte qui, bien qu’adressé à une ou plusieurs personnes, est exhibé publiquement. Pour ce faire, c’est le plus souvent la presse qui est utilisée comme media.

Au nom de l’Association Bourbonne Info une demande de communication du rapport d’évaluation du Domaine concernant l’étang et ses terrains avait été envoyée.

Pour toute réponse André NOIROT a demandé les procès-verbaux de nos assemblées générales.

Serait-ce une tentative d’intimidation ?

Nous sommes surpris par cette demande car il devrait savoir qu’un Maire ne peut exiger de tels documents. En effet, si une Association, quelle qu’elle soit, n’utilise pas de locaux municipaux, ne sollicite pas de subvention, c’est à dire qu’elle est totalement indépendante, elle n’a rien à fournir à la mairie.

Par contre, en vertu de l’article L2141-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, le Maire, lui, a l’obligation de communiquer à quiconque en fait la demande les documents administratifs dits communicables.

Selon la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA), l’avis du Domaine ainsi que le rapport d’évaluation constituent des documents administratifs communicables au tiers au sens de la loi du 17 juillet 1978.

Article 2141-1 : Le droit des habitants de la commune à être informés des affaires de celle-ci et à être consultés sur les décisions qui les concernent, indissociable de la libre administration des collectivités territoriales, est un principe essentiel de la démocratie locale.

Une nouvelle demande personnelle a été envoyée le 2 avril.

Sans réponse à ce jour !